Revistes Catalanes amb Accés Obert (RACO)

Iconologie de la voix : du sermon De voce e verbo au Traitez de la voix et des chants

Laurence Wuidar

Resum


Le but de cette contribution est de tracer une iconologie de la voix dans un ensemble de textes de nature théologique et philosophique avant l’époque moderne. Le son signifie-il indépendamment des mots ? Le son manifeste-il l’intériorité de l’âme et est-il miroir de la psyché ? Le récit de Grégoire de Nysse sur la vie de sainte Macrine, le sermon De voce e Verbo d’Augustin et le Commentaire sur l’évangile de saint Jean de Jean Scot Eurigène sont les trois textes analysés d’un point de vue musicologique. Grégoire offre un tableau sonore de la mort de sa sœur introduisant le lecteur dans la sémantique du son et du cri au sein d’un récit hagiographique. Le sermon d’Augustin interroge la nature passagère du son dans son union à la permanence du Verbe ainsi que la voix comme interface entre l’intériorité de l’être et l’extériorité du monde. Enfin Jean Scot pénètre dans les spéculations théologiques sur la voix comme miroir de l’autre : Jean Baptiste est voix d’un autre, voix de l’altérité qui transcende son identité propre. En cela, Augustin et Jean Scot ne sont pas sans rapport avec les considérations sur la voix du Traitez de la Voix et du Chant (1636) de Marin Mersenne qui clôt notre analyse : la voix est miroir de l’âme mais la voix du chanteur, comme celle de Jean, manifeste les passions d’un autre.

Text complet: HTML