Revistes Catalanes amb Accés Obert (RACO)

Nuevos colorantes dispersos biodebradables

Elena Girardi, José Valldeperas Morell, Manuel J. (Manuel José) Lis Arias, Juan Antonio Navarro Viciana

Resum


Le développement de nouvelles structures chimiques pour colorants se tourne actuellement vers la recherche de produits plus respectueux de l’environnement, tout en conservant, voire en améliorant, leurs propriétés tinctoriales et leur niveau de qualité.
Des études récentes se sont penchées sur des structures amphiphiles, qui répondent aux besoins de la technologie textile et font preuve en même temps d’une faible toxicité et d’une biodégradabilité intéressante.
Dans cette étude, on a synthétisé des colorants dispersés dont la structure contient, outre le système chromophorique classique de type azoïque, des substituts de type glycosidique, dont la nature hydrophile doit contribuer à une meilleure biodégradabilité.
Avec ces colorants, on a analysé le comportement tinctorial et la solidité finale sur la fibre de polyester et sur le di-acétate de cellulose.
Sur le polyester, on a réalisé une étude de la cinétique de teinture, en fonction de la température, en évaluant l’énergie d’activation, en plus de l’épuisement et de la solidité à la lumière et aux traitements thermiques.
Sur le di-acétate de cellulose, on a seulement évalué l’épuisement à l’équilibre, en arrivant à la conclusion que l’introduction de ces groupes glycosidiques dans un système chromophorique de type azoïque ne nuit pas nécessairement aux propriétés tinctoriales, même si, d’après le bilan hydrophile-lipophile de la structure finale, on obtiendra des colorants dispersés qui conviendront mieux aux fibres hydrophobes comme le polyester ou plus hydrophiles comme le di-acétate, mais, dans tous les cas, la toxicité diminue et la biodégradabilité des déversements augmente.
Ces résultats ouvrent donc une voie de recherche pour définir les possibilités et les limitations des colorants avec des groupes glycosidiques.

Text complet: HTML